Méthodes, outils et ressources

Le CAAHC dispose de ressources humaines spécialisées et des ressources matérielles nécessaires pour mener à bien sa mission.

Ses activités se déroulent dans un ensemble d’infrastructures universitaires situées sur le campus de l’Université de Montréal au Pavillon Roger-Gaudry. Ses activités sont complémentaires aux autres centres du RUIS, dont celui du Centre hospitalier régional de Trois-Rivières.

Le CAAHC reçoit des étudiants de tous les niveaux de formation et de toutes les disciplines de la faculté, incluant les Sciences de la santé, et développe un important secteur pour les activités de développement professionnel continu de toutes les disciplines de la santé.

Ressources humaines consacrées à l’enseignement/recherche avec/par simulation L’élément qui souligne l’importance qu’attache la faculté à ce secteur innovateur a été démontré avant le début de l’année universitaire 2009-2010, par les ressources humaines importantes consacrées pour ces apprentissages dont :

  • le recrutement et la formation d’une équipe spécialisée sur place comprenant plus de sept professionnels de la santé (non médecins, équivalence en temps plein);
  • la formation et la rémunération de nos « patients partenaires, simulés et/ou standardisés »;
  • l’amortissement des outils de formation de pointe (mannequin, audiovisuel, etc.) afin de prévoir leur remplacement.

Ces ressources appuient l’équipe médicale spécialisée de la faculté qui comportait au début de 2010 l’équivalent en enseignement à temps plein d'un médecin et demi.

Différentes méthodes de simulation, dont celles utilisant les « patients simulés et standardisés », constituent les outils pédagogiques privilégiés dans une installation consacrée à la formation, au développement et au maintien des diverses compétences requises pour les professionnels de la santé. Parmi ces compétences figurent celles liées à la sécurité des patients et des professionnels, et à la gestion des risques, le tout, dans un ensemble qui met l’accent sur l’humanisme dans l’exercice professionnel.

Ces méthodes de formation enrichissent un programme basé sur l’approche par problèmes. Elles s’intègrent harmonieusement avec les autres approches pédagogiques, selon les besoins des stagiaires, sans atténuer l’importance des formations en milieux cliniques auprès des patients.

Ressources matérielles et immobilières consacrées à l’enseignement/recherche avec/par simulation.

Des infrastructures de 1 400 m2 (15 000 pi2) ont été construites à partir de modèles britanniques (1,2) . Leur polyvalence répond au large éventail des clientèles : population générale, professionnels de la santé, étudiants de toutes les disciplines. Certaines composantes sont conçues spécifiquement pour les apprentissages au travail en équipe.

Cet environnement comporte plusieurs zones et salles de simulation où l’apprentissage, le développement et le maintien des compétences cliniques se font par la formation pratique utilisant diverses techniques pédagogiques de simulation.

Les salles de simulation sont définies comme des salles reproduisant un milieu clinique (par ex. : chambre ou soins critiques) ou d’autres milieux (par ex. : environnement domiciliaire, clinique externe ou bureau privé) où l’enregistrement vidéo est possible en tout temps.(3)

Le CAAHC est constitué de différentes zones formant différents plateaux de formation et d’apprentissage avec :

  • douze petites salles polyvalentes de simulation de 30 m2 chacune reproduisant un milieu clinique consacré :
    • à la formation en petits groupes;
    • à la formation en grands groupes pour le travail individuel dans ce milieu, mais surtout le travail en équipe de façon collaborative et en interdisciplinarité;
  • une salle polyvalente de simulation plus vaste et reproduisant un milieu clinique, dont la flexibilité permet d’être utilisée pour les groupes et aux fins décrites précédemment (environ 75 m2 avec six lits);
  • trois salles de type clinique externe ou bureau privé de 12 m2, pour la formation individuelle à la communication avec des équipements audiovisuels de pointe;
  • un plateau de hautes technologies (140 m2) avec une salle (45 m2) comportant des gaz anesthésiques comme une véritable salle d’opération. Cette « suite » est réservée à des fins d’enseignement complexe avec des mannequins robotisés de haute fidélité et des simulateurs virtuels pour :
    • l’apprentissage et les pratiques en équipe interdisciplinaire des stagiaires de tous les niveaux et disciplines,
    • la formation continue des professionnels en exercice, aux diverses attitudes et habiletés composant certaines compétences, dont particulièrement celle liée aux techniques de réanimation cardiovasculaire et du maintien des fonctions vitales hémodynamiques et respiratoires, à l’intubation et à l’utilisation de gaz anesthésiques;
    • la formation des étudiants titulaires d’un diplôme d’études supérieures en anesthésiologie;
  • un important secteur d’entretien et d’entrepôt des équipements de simulation pour :
    • les mannequins;
    • les mannequins robotisés;
    • les simulateurs virtuels;
    • les équipements de type « paillasse sèche » (dry lab);
  • les nombreux équipements médicaux (défibrillateurs, appareil à anesthésie, blouses, etc.) puisque le centre de simulation comprend l’équipement conventionnel identique à celui retrouvé dans des établissements du réseau de soins de santé du Québec.
(1) http://www.pms.ac.uk/pms/
(2) http://www.dundee.ac.uk/clinskills/
(3) Recommandations : Groupe « Centre d’apprentissage des attitudes et habiletés cliniques » Faculté de médecine de l’Université de Montréal, 15 octobre 2004.